Elections ordinales 2021 : retrouvez toutes les informations sur le scrutin mises à jour régulièrement à compter du 13 septembre jusqu'au résultats du 2nd tour.
Fermer
Fermer
Menu

Une Rentrée solennelle engagée

Mis à jour le 27 avril 2021

La Rentrée solennelle du barreau et de la Conférence, qui s’est déroulée le 30 novembre 2018, a accueilli 51 délégations étrangères, dont une délégation haïtienne de 80 avocats. Elle a donné lieu, cette année encore, à des discours engagés concernant le projet de loi Justice, avant les traditionnelles remises de prix.

Visionnez la vidéo

Basile Ader, vice-bâtonnier de Paris, Marie-Aimée Peyron, bâtonnier de Paris, puis Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ont chacun mis à l’honneur la solidarité « qui symbolise Accès au droit et Justice pour tous », des principes auxquels les avocats sont viscéralement attachés, comme l’a rappelé le bâtonnier. Et que la garde des Sceaux souhaite faire progresser : « Ce sera mon chantier prioritaire pour l’année 2019 », a-t-elle d’ailleurs déclaré.

Basile Ader a rappelé l’engagement du barreau de Paris pour la défense des droits de l’Homme, des avocats en danger à travers le monde et des réfugiés en France. Il a redit aussi que « le secret professionnel n’est pas seulement une obligation de l’avocat, c’est un droit du citoyen ».

Le rayonnement de Paris dans le monde a également été au cœur du discours Marie-Aimée Peyron, avec notamment la création en 2018 des chambres commerciales internationales. « Paris – une des villes les plus attractives du monde – doit être plus que jamais, grâce à nous : "Paris Place de droit, de l’arbitrage, des MARL et du numérique" » a-t-elle déclaré. Un sujet sur lequel le « ministère est particulièrement investi », a assuré Nicole Belloubet.

L’émotion a ensuite gagné l’assemblée avec le discours de Joris Monin de Flaugergues, premier secrétaire de la Conférence, qui a retracé la vie de Valentin Ribet, jeune avocat parisien, son ami disparu tragiquement lors des attentats du 13 novembre 2015.

Enfin, Safya Akkori, deuxième secrétaire de la Conférence, a fait revivre à l’assistance, le procès du Carlton de Lille, pour interroger sur la loi de 2016 qui a pénalisé le recours à la prostitution.

dsc_0144.jpg