Fermer
Fermer
Menu

Tunisie : le barreau de Paris demande la libération immédiate du bâtonnier Kilani

Mis à jour le 10 mars 2022

9 mars 2022 : Le Barreau de Paris a appris avec indignation le placement en détention provisoire le 2 mars 2022 du bâtonnier Abderrazak Kilani à l’issue de sa première comparution devant un juge d’instruction du tribunal militaire de première instance de Tunis.

Abderrazak Kilani a été Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Tunisie de 2010 à 2012, institution récompensée en 2015 par le prix Nobel de la Paix pour son rôle joué dans la transition démocratique.

En 2011, le bâtonnier Abderrazak Kilani a reçu le prix “Droits de l’Homme” du Conseil des Barreaux Européens (CCBE). Ce prix est accordé à une personnalité qui a honoré la profession d’avocat en défendant les plus hautes valeurs de conduite professionnelle et personnelle dans le domaine des droits humains.

Il est reproché à notre confrère d’avoir pris part à un attroupement de nature à troubler la paix publique.

En réalité, le bâtonnier Abderrazak Kilani assure la défense de Monsieur Noureddine Bhiri (député, vice-président d’un parti d’opposition de Tunisie, ancien ministre de la Justice).

Son incarcération est intervenue dans le cadre de l’exercice des droits de la défense qu’il pratique comme avocat.

Au début de l’année, le Barreau de Paris s’est déjà mobilisé compte tenu des pressions policières et du harcèlement judiciaire dont a été victime le Bâtonnier Abderrazak Kilani à la suite de la manifestation à laquelle il participait, en sa qualité d’avocat, contre l’interdiction faite au député Noureddine Bhiri de sortir de chez lui alors qu’aucune assignation à résidence ne lui avait été signifiée.

Il est clair que tant les poursuites intentées contre le bâtonnier Abderrazak Kilani que son placement en détention provisoire sont liées à sa seule qualité d’avocat, défenseur de Noureddine Bhiri.

Le Barreau de Paris appelle à la libération immédiate du Bâtonnier Abderrazak Kilani et au respect des garanties accordées aux avocats dans l’exercice des droits de la défense.