Pour découvrir toutes les actions de l'Ordre et informations utiles à votre exercice professionnel pendant la période des Jeux. Cliquez ici
Fermer
Fermer
Menu

Les Olympiades de l’éloquence : quand la plaidoirie rencontre le sport !

Mis à jour le 11 juillet 2024

Le 24 avril 2024 à la Première chambre de la Cour d'Appel de Paris s'est déroulé un concours d'éloquence d'exception, mêlant combat physique et combat des mots, organisé par le secrétaire du Conseil de l’Ordre, Frédéric Bibal.

La première épreuve de ce concours avait pour thème « Le sport de combat est-il la meilleure des paroles ? » et a vu s’affronter trois sportives coachées pendant plusieurs semaines par des avocats chevronnés : les lutteuses de haut-niveau Iris Thiébaux et Justine Vigouroux, ainsi que la taekwondoïste Alix de Tauzia.

La pénaliste Anne-Sophie Laguens a tout d’abord présenté son « poulain » Justine Vigouroux, qui a livré une plaidoirie axée sur l’évolution de la place des femmes dans le sport. C’est ensuite Nathalie Ganier-Raymond, présidente de la Ligue d'improvisation du barreau de Paris, qui a présenté la deuxième candidate Iris Thiébaux. Celle-ci a axé son discours sur l’instrument d'émancipation et de résistance que le sport peut représenter pour une petite fille puis pour une jeune femme. Enfin, Alix de Tauzia a proposé une réflexion sur la puissance des mots, introduite par un Edmond-Claude Frety survolté.

Dans un second temps, « l’épreuve des élèves avocats » a vu s’affronter, en gants et peignoirs de boxeurs, deux élèves-avocats, Eymen Kefi et Julien Carrance, sur le thème : « La parole est-elle un sport de combat ? ». Cette épreuve avait pour particularité d’allier la parole au geste, car les candidats ont été invités à plaider « en boxant », face au champion multititré de boxe française Ibrahim Konate.

Eymen Kefi s’est lancé dans une diatribe pleine d’humour contre le respect des règles dans la parole.

Julien Carrance, concours international d'éloquence de la Sorbonne et lauréat du concours de la Petite Conférence, a lui aussi joué la carte de l'humour en se servant de son passage sur l'estrade comme d'un CV pour une collaboration en contentieux des affaires, mais aussi pour défendre l’idée selon laquelle l’esprit sportif est celui qui permet d’y croire encore et de « garder du panache », même lorsque tout semble perdu.

A l’issue de cette joute oratoire de plus de deux heures, la vice-bâtonnière Vanessa Bousardo a annoncé la victoire de Justine Vigouroux pour la catégorie « sportive », tandis que l’épreuve a été attribuée à Julien Carrance, pour la catégorie « élève-avocat », par un jury présidé par l’inénarrable Bertrand Périer.

 

  • Olympiades
  • Oklympiades
  • Olympiades
  • Olympiades
  • Olympiades
  • Olympiades
  • Olympiades