Editorial

Disparition de Liu Xiaobo, militant des droits de l'Homme et Prix Nobel de la Paix

Mis à jour le 13.07.2017

Liu Xiaobo était une figure du combat pour la démocratie en Chine.

Il n’a cessé de se battre pour la défense des droits fondamentaux. Il a œuvré pour les fondateurs de syndicats indépendants, les citoyens qui osent critiquer le pouvoir et, naturellement, pour demander justice pour les victimes du massacre du 4 juin 1989, ayant lui-même pris part au mouvement démocratique sur la place Tiananmen à Pékin.

Président de 2003 à 2007du Centre chinois indépendant (PEN), un réseau d'ONG anglo-américain défenseur des droits de l'homme, il est placé en détention le 8 décembre 2008 en réponse à sa participation à la Charte 08, un manifeste en faveur de la démocratisation de son pays et critiquant le régime autoritaire chinois dont il est l'initiateur.  

C’est à cause de cela qu’il sera condamné en 2009 à onze de prison pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’État ».

Liu Xiaobo reçoit le prix Nobel de la paix le 18 janvier 2010 pour ses « efforts durables et non violents en faveur des droits de l’homme en Chine », alors qu’il est incarcéré.

Diagnostiqué en mai dernier d’un cancer incurable du foie, il est hospitalisé à la fin du mois de juin.

Malgré la dégradation rapide de son état de santé, les autorités chinoises ont refusé de faire suite aux appels de la famille de Liu Xiaobo, de la communauté internationale, y compris de la France, et de 154 lauréats du Nobel, qui demandaient de permettre le transfert de Liu Xiaobo à l’étranger pour y recevoir des soins palliatifs.

Le Barreau de Paris a appris avec une profonde tristesse la mort, ce jour, de Liu Xiaobo, grand défenseur des droits de l’Homme.

Son souvenir doit rester un exemple et renforcer la détermination de chacun de se battre pour la démocratie et la liberté.