Editorial

COMMUNIQUE DE L’OBSERVATOIRE INTERNATIONAL DES AVOCATS EN DANGER

Chronique

Mis à jour le 22.07.2016

LES PURGES MENÉES EN TURQUIE TOUCHENT EGALEMENT LES AVOCATS.

 

L’Observatoire international des avocats en danger s’alarme de la vaste répression menée par les autorités turques après la tentative manquée de coup d’Etat en Turquie du vendredi 15 juillet 2016. Après l’armée, la magistrature, et les universités, la profession d’avocat est désormais également victime de la purge opérée par l’Etat turc.

Depuis le vendredi 15 juillet 2016, les autorités turques auraient arrêté ou suspendu de leurs fonctions près de 50.000 magistrats, militaires, universitaires et fonctionnaires.

Environ 2 800 magistrats auraient été démis de leurs fonctions dans toute la Turquie, soit environ un quart des effectifs de la Magistrature. Conséquence directe de ces arrestations massives et arbitraires, la plupart des affaires courantes devant les tribunaux turcs sont désormais gelées. Cette situation constitue une atteinte majeure au fonctionnement de la Justice et à l’Etat de droit.

L’Observatoire international des avocats en danger a appris ce jeudi 21 juillet 2016 qu’au moins 11 avocats avaient été arrêtés à Izmir au cours de la nuit du 20 juillet. Leurs appartements et cabinets auraient été fouillés et des documents saisis. 14 autres avocats seraient actuellement activement recherchés par les forces de police turques. Il leur serait reproché d’appartenir à des groupes favorables à Fethullah Gülen, prédicateur turc exilé aux Etats-Unis et soupçonné d’être à l’origine du récent coup d’Etat militaire raté.

La liste non-confirmée à cette heure des avocats arrêtés à Izmir est la suivante : Eren Sarak, Mehmet Arif Demir, Fatih Hakan Güvenç, Haldun Sonyürek, Mehmet Öztürk, Mehmet Temel, Muzaffer Uzlaş, Birol Delikkaya, Berkant Ayok, Muhammed Işık, İsmail Sarı.

L’Observatoire international des avocats en danger

S’ALARME du fait que ces opérations de répression semblent viser sans discrimination tous les opposants au régime actuel ;

RAPPELLE que les avocats turcs faisaient d’ores et déjà l’objet d’une répression agressive de la part du pouvoir turc et ce depuis plusieurs années et que plusieurs avocats poursuivis alors qu’ils assuraient légalement et légitimement la défense d’accusés soupçonnés d’être liés au PKK (organisation politique kurde, considérée comme terroriste en Turquie), sont encore aujourd’hui poursuivis, certains même détenus depuis des mois ;

DENONCE les violations massives des droits de l’Homme commises actuellement en Turquie où de nombreuses arrestations arbitraires ont été rapportées ainsi que plusieurs cas de torture et s’inquiète de la proclamation de l’état d’urgence et du recours à la dérogation aux droits garantis par la Convention européenne des droits de l’Homme ;

REAFFIRME son opposition ferme à la peine de mort en toute circonstance et dont le rétablissement est envisagé par les autorités turques ;

APPELLE avec force les autorités turques à respecter les principes de l’Etat de droit et les droits fondamentaux notamment le droit à la vie, l’interdiction de la torture et de la détention arbitraire et le droit à un procès équitable ;

L’Observatoire international des avocats en danger demeurera mobilisé par la situation en Turquie jusqu’à ce que l’ensemble des poursuites engagées contre les avocats turcs soient abandonnées et que les droits de la défense et les principes du procès équitable soient pleinement respectés.

Qui sommes-nous ?

L’Observatoire international des avocats en danger a été fondé par le Conseil national des barreaux (France), le Barreau de Paris (France) le Consejo General de la Abogacía Espanola (Espagne), et le Consiglio Nazionale Forense (Italie). Son objectif est de mener une veille permanente de la situation des avocats menacés dans le monde en raison de l’exercice légitime de leur profession et de porter assistance aux avocats dont la vie, la liberté ou l’exercice professionnel sont menacés.