Article

Les premières rencontres de l’EFB sur l’attractivité du droit public

Mis à jour le 29.03.2019

Le 21 mars dernier, l'École de formation du barreau (EFB) organisait pour la première fois un colloque sur « L’attractivité de la pratique du droit public », en présence notamment de Marie-Aimée Peyron, bâtonnier de Paris et surtout de Patrick Frydman, président de la cour administrative d'appel de Paris, et François Baroin, maire de Troyes et président de l'Association des Maires de France, mais aussi de Lila Zarfaoui-Duval, juriste experte à la direction des Affaires juridiques de la Ville de Paris et Bernard Fau, membre du conseil de l’Ordre du barreau de Paris. Il fut clôturé par Jean-Denis Combrexelle, président de la section du contentieux du Conseil d’État.

Les intervenants ont présenté tous les attraits du droit public aux élèves avocats de l’EFB, alors que celui-ci n’attire aujourd’hui que 700 avocats, sur les 30 000 que compte le barreau de Paris. Ils ont expliqué que si les marchés civil et pénal étaient désormais limités, celui du droit public était en pleine expansion, tant en matière de conseil que de contentieux, offrant ainsi de très belles perspectives de carrière.

Le président Frydman s’est réjoui de la qualité des relations avec le barreau de Paris et des partenariats, mais aussi du développement de la médiation. Il a notamment rappelé que se tiendront des audiences fictives entre l’EFB et le CFJA, le 24 juin prochain au sein de l’EFB.

Pour François Baroin, le droit public présente des enjeux humains insoupçonnés : « Vous trouverez  de l’humanité dans le droit public », a-t-il déclaré aux élèves avocats présents. « Le maire est le porte-parole d’un territoire, il incarne une population, il doit produire des politiques publiques qui impactent la vie des gens. Ces politiques publiques se retrouvent en toutes circonstances dans la pratique et dans la production du droit. »

Bernard Fau a pour sa part rappelé que le droit de l’environnement est « une mine pour les avocats publicistes » et que la protection des libertés fondamentales est encore un autre champ d’activité pour les praticiens du droit public.

Madame le bâtonnier de Paris est revenue sur l’avancée obtenue en matière de marchés publics. En octobre dernier, et après une forte mobilisation de la profession, le ministère de l’Économie et des Finances a en effet annoncé l’exclusion des marchés publics des prestations juridiques en lien avec l’activité juridictionnelle. Cette mesure permettra ainsi aux acheteurs publics un accès simplifié aux services d’un avocat.

Enfin, Jean-Denis Combrexelle a souligné la grande qualité des relations entre les magistrats et les avocats aujourd’hui. Clôturant le colloque en insistant sur le fait qu’« un bon avocat est un avocat qui sait concilier les droits. Le droit public est un droit qui ouvre le plus dans la mesure où il interpelle les autres droits ».

Le travail d’Emmanuelle Hoffmann, présidente déléguée de l’EFB, ainsi que celui d’Hirbod Dehghani-Azar, membre du conseil de l’Ordre pour organiser ces premières rencontres, a été salué.