Article

Décès du bâtonnier Jean-René Farthouat

Mis à jour le 15.01.2020

Monsieur le bâtonnier, Madame la vice-bâtonnière, Mesdames et Messieurs les anciens bâtonniers et vice-bâtonniers, Mesdames et Messieurs les membres du Conseil de l’Ordre ont la très grande tristesse de vous faire part du décès du bâtonnier Jean-René Farthouat, survenu cette nuit, dans sa 86e année, dont plus de 60 années de vie professionnelle.

Jean-René Farthouat s’inscrit au barreau de Paris en 1959.

Deux ans plus tard, il passe avec succès le concours d’éloquence de la Conférence du barreau de Paris et devient Premier secrétaire de la Conférence de la promotion 1961-1962.

En 1980-1981, Jean-René Farthouat, engagé depuis longtemps dans le syndicalisme professionnel, est appelé à présider la Confédération syndicale des avocats (CSA, future CNA). Il est peu après élu membre du Conseil de l’Ordre (1982-1984), sous les bâtonnats de Bernard du Granrut et de Guy Danet. Il est notamment secrétaire de la commission de Prospective.

Dix ans après, Jean-René Farthouat est élu bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris (1994-1995), succédant à Georges Flécheux.

Après son bâtonnat, il préside la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (1996). Il est réélu membre du Conseil de l’Ordre sans discontinuer de 1996 à 2008 et siège au Conseil national des barreaux (1997-1999) dont il deviendra le président (2000-2002).

Durant sa longue et riche carrière professionnelle, Jean-René Farthouat est intervenu dans de multiples matières contentieuses, qu’il s’agisse de droit civil, commercial ou pénal. Il a privilégié le travail en association, dont le bâtonnier Mario Stasi (1969-2000) et de nombreux autres, comme notamment Nathalie Roret, actuelle vice-bâtonnière de l’Ordre.

Jean-René Farthouat est également l’auteur de nombreux écrits parus dans la presse juridique et judiciaire, qui attestent, par la variété des sujets abordés, de l’étendue de sa culture juridique comme de ses compétences professionnelles.

À l’image de son lointain prédécesseur le bâtonnier Maurice Ribet, dont il a fait l’éloge en 1962, on peut dire de lui qu’il a été « exclusivement avocat ». Il l’aura été jusqu’à la fin de sa vie, continuant de travailler et de présider les commissions de déontologie et de discipline de l’Ordre.

C’est l’une des plus grandes figures de notre barreau qui nous a quittés. Il était commandeur de la Légion d’honneur.

Toutes nos condoléances et nos pensées vont à sa famille, ses proches et ses associés.

Ses obsèques se dérouleront le vendredi 17 janvier 2020 à 10h30, en l'église Saint-Eustache au 2 impasse Saint-Eustache, 75001 Paris.

Olivier Lagrave
Secrétaire général de l'Ordre