Editorial

Tadjikistan : l’avocat défenseur des droits de l’homme Buzurgmehr Yorov emprisonné

Droits de l'Homme

Mis à jour le 05.11.2015

Le Barreau de Paris et cinq autres organisations internationales de défense des droits de l’homme ont condamné l’emprisonnement du Président de l’Association du Barreau de Douchanbé.

Le 7 octobre 2015, Amnesty International, l’association pour les droits de l'homme en Asie centrale, Human Rights Watch, le partenariat international pour les droits de l'homme (IPHR), le comité Helsinki de Norvège et le barreau de Paris ont demandé la libération immédiate, en l'absence de toute charge crédible, de l'avocat Buzurgmehr Yorov.

M. Yorov a été arrêté par les autorités le 28 septembre 2015, sur des accusations douteuses vraisemblablement liées à sa profession d’avocat. M. Yorov représentait treize membres du parti de la Renaissance Islamique, décrété illégal par le gouvernement en août 2015 et qualifié d’organisation terroriste en septembre.

M. Yorov est le quatrième avocat emprisonné pour des raisons politiques en moins de deux ans. Le président de l’association pour les droits de l’Homme en Asie Centrale, Nadejda Atayeva, dénonce une véritable vague de répression contre les avocats défenseurs des droits de l’homme qui travaillent sur des dossiers politiquement sensibles.

Les treize leaders défendus par M. Yorov appartiennent en effet au deuxième plus grand parti du pays et seul parti politique islamique légalement enregistré jusqu’alors. La veille de son arrestation, M. Yorov avait recueilli le témoignage d’un de ses clients qui déclarait avoir subi des violences policières lors de son arrestation de la part de l’Unité de Police pour la Lutte contre le crime organisé. Le 6 octobre 2015, Human Rights Watch apprenait que près de quatre-vingts cadres de ce parti étaient en détention en raison de leur appartenance au parti.

Le barreau de Paris, Amnesty International et Human Rights Watch entre autres, demandent instamment aux Etats-Unis, à l’Union européenne et à la communauté internationale de faire en sorte que le gouvernement tadjik respecte ses engagements internationaux, et surtout qu’il respecte les principes de base relatifs au rôle du barreau. Ceux-ci garantissent en effet que les avocats ne doivent pas être assimilés à leurs clients ou à la cause de leurs clients du fait de l'exercice de leurs fonctions.

Le barreau de Paris reste vigilant face à cette violation de l’indépendance de la profession juridique et apporte son soutien à l’avocat défenseur des droits de l’homme Buzurgmehr Yorov.