Editorial

Six exécutions à Taiwan

Droits de l'Homme

Mis à jour le 30.06.2015

Le barreau de Paris condamne l’exécution de six condamnés à mort à Taiwan le 5 juin 2015. Les six hommes, tous condamnés à mort pour meurtre, ont été exécutés par peloton d'exécution dans plusieurs prisons du pays.  

Ces exécutions se sont déroulées dans un contexte de grande colère à la suite du meurtre d’une petite fille de huit ans survenu à Taipei la semaine précédente.

Le vice-ministre de la Justice, Chen Ming-Tang, a estimé que les exécutions ont eu lieu dans des conditions “humaines”, étant donné que les hommes avaient été anesthésiés juste avant d’être fusillés. Le ministre Chen a également précisé que le gouvernement taiwanais entendait maintenir la peine de mort, mais souhaitait toutefois diminuer la fréquence à laquelle elle est utilisée. Cette position du gouvernement va à l’encontre de la recommandation d’experts internationaux qui, en mars 2013, à la suite du premier rapport sur les droits de l'homme à Taïwan, ont invité les autorités taïwanaises à instaurer un moratoire sur les exécutions. En avril 2014, le Taïwan avait également procédé à cinq exécutions.  

À Taiwan, la peine capitale est prononcée pour les crimes les plus graves, tels que le meurtre  et le trafic de drogue. Les exécutions sont entourées de secret, les familles et les avocats des condamnés étant rarement informés à l’avance de la date de l’exécution.

Le barreau de Paris reste particulièrement attentif à l’évolution de la situation de la peine de mort dans ce pays.