Editorial

Résolution du Conseil de l'Ordre

Mis à jour le 14.09.2017

Le Conseil de l'Ordre du Barreau de Paris réagit après la suspension massive de 56 avocats de la République des Maldives en adoptant une résolution le 12 septembre 2017.

 

Le Conseil de l’Ordre du Barreau de Paris est particulièrement préoccupé par la suspension immédiate et sans procédure de plus du tiers du Barreau des Maldives.

En effet, lundi 11 septembre, les autorités des Maldives ont suspendu 56 avocats qui avaient demandé dans une pétition le respect de l'Etat de droit dans le pays.

Le département de l'administration judiciaire considère que cette pétition est illégale et que sa signature constitue un acte de pression sur le système judiciaire. La suspension concerne notamment l'ensemble de l’équipe de défense du leader de l'opposition en exil Mohamed Nasheed.

Le Barreau de Paris rappelle que les avocats ne doivent pas être assimilés à leurs clients ou à la cause de leurs clients du fait de l'exercice de leurs fonctions.

Le barreau de Paris est très inquiet concernant les répercussions de cette décision de suspension massive d’avocats aux Maldives sur les justiciables et l’accès à la justice.

Le Barreau de Paris appelle les autorités des Maldives à respecter les Principes de base relatifs au rôle du barreau des Nations unies qui prévoient que

- les avocats « ont le droit de prendre part à des discussions publiques portant sur le droit, l'administration de la justice et la promotion et la protection des droits de l'homme » (Principe 23)

- « Les accusations ou plaintes portées contre des avocats dans l'exercice de leurs fonctions sont examinées avec diligence et équité selon les procédures appropriées. Tout avocat a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement et peut être assisté par un avocat de son choix. » (Principe 27)