Editorial

Rencontre avec Jorge Molano, avocat colombien

Droits de l'Homme

Mis à jour le 08.07.2015

Jorge Molano est un éminent avocat colombien  qui travaille depuis de nombreuses années avec des ONG et des défenseurs des droits humains, notamment sur des crimes commis par les forces policières et (para) militaires en lien avec l'Etat colombien. De passage en Europe pour recevoir le prix "Lawyers for Lawyers 2015" d'une organisation néerlandaise de défense d'avocats, Jorge Molano a effectué une tournée européenne afin de sensibiliser les autorités et l'opinion publique sur les violations de droits de l'homme et la très forte impunité qui prévaut toujours en Colombie.

C’est dans le cadre de cette tournée que le barreau de Paris l’a accueilli à la maison du barreau le 23 juin 2015. Accompagné de Camille Bossé de Peace Brigades International (PBI) France, il a été reçu par Anne Souléliac, Responsable des droits de l’homme au barreau et Josepha Gonsu Magoum juriste. 

Ce confère colombien a partagé avec le barreau les nombreuses formes de violations qui seraient perpétrées par l’Etat colombien à l’encontre de la population. Parmi celles-ci figureraient notamment une stratégie consistant à faire exécuter des civils afin d’augmenter les chiffres des victimes de guerre, donnant ainsi l’impression que l'Etat est en train de gagner le conflit armé interne.  Entre 2002 et 2008, au moins 4 800 civils auraient été assassinés de cette manière.

Grâce à son travail, Me Molano a réussi à mettre en lumière cette pratique illégale consistant à passer des contrats avec les chefs militaires pour faire exécuter les civils. Malgé tous les efforts des avocats, les responsables restent impunis, certains recevant même une promotion.

Jorge Molano ainsi que d’autres avocats défenseurs des droits de l’homme sont aujourd’hui en danger. Me Molano est très surveillé et reçoit constamment des menaces. Les mesures de protection qui lui ont été accordées, à savoir des voitures blindées, sont insuffisantes. Les familles des défenseurs sont très souvent prises pour cible, comme en témoigne la séquestration pendant plusieurs heures du frère d’un confrère de Me Molano. Ce dernier a d’ailleurs dû envoyer sa famille aux Etats Unis afin de les protéger. 

Tous les cinq jours, un défenseur des droits de l’homme est tué dans le pays, surtout dans les petits villages. Me Molano rappelle qu’il n’existe pas de barreau dans le pays, ce qui rend les avocats encore plus vulnérables. Il préconise des missions d’observation sur la situation des avocats en Colombie à l’instar de celle qui est portée par la Law Society of England and Wales qui organise régulièrement la « Caravane internationale des juristes ». La prochaine est prévue pour 2016.  

Le barreau de Paris est très sensibilisé à cette situation et entend soutenir ce confrère ainsi que tous les autres avocats menacés dans ce pays à haut risque pour les défenseurs des droits de l’homme.