Editorial

Le barreau salue la libération de deux confrères soudanais

Droits de l'Homme

Mis à jour le 07.05.2015

Le barreau de Paris se réjouit de la libération de deux confrères - Farouk Abu Eissa, président de l’Union des avocats arabes et leader de l’opposition et d’Amin Mekki Madani, éminent défenseur des droits de l’homme - pour lesquels il s’était mobilisé en mars dernier.

Ces deux dissidents politiques arrêtés et détenus arbitrairement depuis le 6 décembre 2014, étaient menacés d’une condamnation à la peine de mort.

L’arrestation avait eu lieu suite à leur participation à un rassemblement d’opposition en Éthiopie, au cours duquel ils ont signé « l’Appel au Soudan » visant à mettre fin au régime du parti unique du président soudanais Omar Al Bashir, au pouvoir depuis 25 ans.

Ils ont été libérés le 9 avril 2015 en application l’article 58 de la loi de Procédure pénale qui permet au ministre de la Justice de renoncer à des poursuites de manière discrétionnaire. Leur avocat, Mohammed Al-Zein Farouk, a confirmé qu’ils étaient désormais chez eux avec leur famille à Khartoum.

Cliquez ici pour accéder à la lettre adressée aux autorités du pays par le bâtonnier de Paris.