Editorial

Condamnation d’un confrère azerbaidjanais

Droits de l'Homme

Mis à jour le 07.05.2015

Le barreau de Paris condamne, avec fermeté, la sentence de sept ans et demi de prison qui a été prononcée contre notre confrère Intigam Aliyev, le 22 avril 2015. Cet éminent avocat et défenseur des droits de l'homme azerbaidjanais avait été arrêté et détenu arbitrairement depuis le 8 août 2014.

Il fait l’objet de fausses accusations pour évasion fiscale, détournement de fonds et abus de pouvoir. Le jugement tombe une semaine après la condamnation à six ans et demi de prison d’un autre militant des droits de l’homme azerbaidjanais, Rasul Jafarov.

Le barreau de Paris s’était mobilisé, en mars dernier, en faveur d’Intigam Aliyev en demandant sa libération ainsi qu’en faveur de son avocat, Khalid Bagirov, victime d’harcèlement judiciaire ce qu’il l’empêchait de défendre son client.

Intigam Aliyev avait défendu plus de deux cent cas auprès de la Cour européenne des droits de l’homme, dont vingt avec succès. La plupart des plaintes concernaient les falsifications présumées lors des élections législatives de 2005 et 2010, remportées par le parti du président en exercice, Ilham Aliyev. L’avocat de Me Aliyev, Elchin Sadygov, a notamment dénoncé le caractère illégal et politiquement motivé de ce jugement, précisant qu’il ferait appel. Selon lui, cette condamnation vise à empêcher Intigam Aliyev de poursuivre son travail devant la Cour européenne. L’état de santé d’Intigam Aliyev se détériore progressivement et nécessiterait une hospitalisation. De plus, il est privé de toute visite.

Le barreau de Paris appelle à la libération immédiate et inconditionnelle d’Intigam Aliyev, de Rasul Jafarov et de tous les défenseurs des droits de l’homme arbitrairement détenus en Azerbaïdjan. Il a, par ailleurs, appelé le président de la République, M. François Hollande avant son départ pour Bakou le 25 avril à intervenir pour notre confrère.