Article

Motion pour honorer la mémoire de nos confrères Ebru TIMTIK, Monferrier DORVAL et Tahir ELCI et pour exprimer notre soutien à notre confrère Aytac ÜNSAL

Mis à jour le 02.09.2020

C’est avec une profonde émotion que le barreau de Paris tient à honorer la mémoire de nos confrères en Turquie et en Haïti, morts alors qu’ils accomplissaient courageusement leur mission au service de la profession et de la justice.

Nous avons appris avec consternation et une profonde tristesse le décès de l'avocate Ebru TIMTIK, victime d'une grève de la faim de 238 jours (plus de 7 mois) qu'elle avait entamée pour réclamer simplement un procès équitable aux autorités turques. En dépit de la dégradation de son état de santé et d’une expertise médicale sur l’incompatibilité de son maintien en prison, sa remise en liberté avait été refusée le 10 août dernier.

Le lendemain, notre profession a été de nouveau endeuillée par l’assassinat de Monferrier DORVAL, bâtonnier du barreau de Port-au-Prince, homme de culture, éminent constitutionnaliste, profondément humain et attentif aux autres.

Nous espérons que l’enquête judiciaire dira précisément dans quelles conditions a été préparé ce crime horrible dont la particulière cruauté marquera à jamais le barreau haïtien et notre profession dans son ensemble.

Parce qu'ils avaient connu les périodes sombres de leur pays, Ebru TIMTIK et Monferrier DORVAL avaient, sans doute plus que d’autres, conscience de ce que l'histoire peut être tragique. Mais ils voulaient, avec courage et détermination, contribuer à la promotion de l'État de droit, des droits de l’Homme et du droit de chacun à un procès équitable.

Afin d’honorer la mémoire de nos confrères et d’exprimer avec solennité l’estime et le respect que le barreau de Paris leur porte à nos confrères, Ebru TIMTIK, et Monferrier DORVAL sont appelés, à titre posthume, au sein de notre ordre ès qualité de membres d’honneur du barreau de Paris.

Aytac UNSAL, qui lui poursuit sa grève de la faim (plus de 200 jours) pour le droit à un procès équitable, est également élu membre d’honneur et sera placé sous la protection du bâtonnier de Paris.

De même, pour rendre hommage à l'engagement de notre confrère Tahir ELCI, bâtonnier de Diyarbakir, assassiné en 2015 et dont le meurtre n’a toujours pas été élucidé, le barreau de Paris l’élève au rang de membre d’honneur.

« Si un avocat meurt, il demandera justice dans sa tombe », avait déclaré Ebru Timtik. Par ce vote exceptionnel, le barreau exprime son souhait de suivre les enquêtes judiciaires et les procès en cours notamment dans le cadre des missions d’observation judiciaire de notre barreau, en collaboration avec l’Observatoire international des avocats en danger (OIAD).

Le 7 septembre à 12h00, à l’initiative de la Conférence des bâtonniers et de la FBE, une cérémonie à l’unisson de celle qui a réuni le conseil de l’Ordre hier, aura lieu dans tous les tribunaux d’Europe pour rendre un même hommage solennel à nos confrères disparus et menacés.

Récemment, la profession d’avocat a connu de nombreuses épreuves, souvent dramatiques. À l’occasion des 30 ans des principes de La Havane, le barreau de Paris a également décidé de créer un « programme d’accueil et de répit » pour les avocats menacés partout dans le monde, dans la tradition d’accueil et de défense de la défense du barreau de Paris.

Ce programme témoignera de l’engagement unique du barreau de Paris pour défendre le rôle essentiel de la profession d’avocat et permettra d’incarner ses qualités d’hospitalité et d’ouverture au monde.