Conseil de l'Ordre

Soutien du Conseil de l’Ordre au barreau de Diyarbakir et à son bâtonnier Cihan Aydin

Travaux, rapports et délibérations

Mis à jour le 10.10.2019

Le Conseil de l’Ordre, en sa séance du 10 septembre 2019, a voté à l’unanimité une motion pour exprimer son inquiétude sur la situation du bâtonnier Cihan Aydin et du barreau de Diyarbakir, et leur exprimer toute sa solidarité.

Présenté par le vice-bâtonnier de Paris Basile Ader, le texte suivant a donc été adopté :

« Le Conseil de l’Ordre du barreau de Paris s’inquiète des propos de Suleyman Soylu, ministre turc de l’Intérieur, qui a une nouvelle fois pris pour cible le barreau de Diyarbakir, membre de l’Observatoire international des avocats en danger (OIAD) et qui contribue avec courage et détermination à la protection des droits fondamentaux en Turquie.

Le 7 septembre 2019, le ministre a notamment  déclaré: « Ils (les avocats) se plaisent à faire entendre leur voix parallèlement à une organisation terroriste (...). Je les observe et les suis de près. Le barreau de Diyarbakır s’exprime lorsque l’organisation terroriste leur dit de parler ».

Cette affirmation se fait sans aucun fondement, aucune preuve, aucun témoignage, tandis que le ton et les propos diffamatoires du ministre sont bien de nature à faire craindre pour la vie de nos Confrères, la liberté des avocats et le libre exercice de notre profession.

La situation déjà difficile des avocats s’est considérablement aggravée ces dernières années et le Barreau de Paris n’oublie pas que c’est à la suite de manœuvres d’intimidation et de harcèlement que Tahir Elçi, le bâtonnier de Diyarbakir, a été assassiné en pleine rue en novembre 2015.

Le Conseil de l’Ordre rappelle que le 24 janvier 2019, la 9e édition de la journée internationale de l’avocat en danger avait été l’occasion d’une mobilisation pour soutenir les avocats de Turquie menacés, et que cela ne saurait se limiter à une simple journée de mobilisation routinière, mais à apporter son soutien pour l’indépendance des avocats et le libre exercice de leurs fonctions de manière durable.

Le Conseil exprime sa profonde inquiétude et témoigne de sa solidarité avec le bâtonnier Cihan AYDIN ainsi que le Barreau de Diyarbakir, élu « Barreau de l’année » par le jury du Prix Ludovic-Trarieux 2018, en s’illustrant « par son action, son œuvre ou ses souffrances la défense des droits de l’Homme ».

Ce harcèlement doit cesser immédiatement. »