Déontologie

Un avocat peut-il acheter des mots clés sur internet (par le moyen de liens sponsorisés) pour accroitre la visibilité de son cabinet

Publicité / Communication

Mis à jour le 10.07.2015

Oui mais l'avocat ne peut pas acheter ou utiliser n'importe quel mots-clés.

L'utilisation de mots clés en tant qu'elle induit un rattachement de l'avocat aux mots clés utilisés ou achetés, ne doit pas porter atteinte aux droits des marques, à la renommée d'autrui, aux droits d'auteurs. Elle ne doit pas conduire non plus à constituer un dénigrement ou un acte de concurrence déloyale.

L'utilisation de mots clés de nature à induire en erreur est prohibée. Tel est le cas si les mots clés concernés rattachent l'avocat à un département dans le ressort duquel il n'est pas inscrit ou ne possède pas de bureau secondaire, renvoi à une spécialisation dont il n'est pas titulaire (art. 10.4 alinéa 2 du RIN), ...

Sont ainsi prohibés l'achat de mots clés tels que « ordre des avocats de ... », « membre du conseil de l'ordre de ... », « meilleur avocat en ... », « avocat spécialisé en ... », du nom d'un confrère renommé, ou d'un cabinet concurrent,

L'utilisation de noms de domaine évoquant de façon générique le titre d'avocat ou un titre pouvant prêter à confusion, un domaine du droit ou une activité relevant de celles de l'avocat, est interdite (10.5 RIN).

NB : si l'achat de mots-clés garantissait initialement un meilleur référencement sur le Net, la croissance exponentielle du nombre de sites, a peu à peu diminué l'intérêt d'un tel achat. En effet, loi de l'offre et de la demande oblige : de plus en plus de créateurs de sites acquièrent des mots-clés, souvent similaires dans un même secteur d'activité, sans pour autant avoir quelque garantie que ce soit d'obtenir le « meilleur » et à tout le moins un « bon » référencement. Méfiance donc !