Article

L’Ordre proche des avocats : une première rencontre en mairie réussie

Mis à jour le 22.01.2019

Mercredi 9 janvier, le bâtonnier Marie-Aimée Peyron, le vice-bâtonnier Basile Ader, et des membres du conseil de l’Ordre, ont été à la rencontre des avocats du 17e arrondissement en leur donnant rendez-vous dans leur mairie.

Siège du nouveau tribunal de Paris, le 17e arrondissement a symboliquement été choisi pour inaugurer une série de rencontres dans les mairies entre l’Ordre et les avocats parisiens. En effet, ce type d’évènement sera décliné dans les différents arrondissements de la capitale tout au long de l’année, afin que le bâtonnier, le vice-bâtonnier et les membres du conseil de l’Ordre puissent échanger avec les avocats sur les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leur exercice quotidien et présenter les actions et services de l’Ordre.

Ce 9 janvier, des membres du conseil et des permanents de l’Ordre étaient présents aux côtés de Marie-Aimée Peyron et Basile Ader : Pascale Lalère, MCO, secrétaire de la commission sociale, Françoise Hecquet, MCO, secrétaire de la commission Réforme et modernisation de l’Ordre et membre de la commission des finances, Gabriel Benesty, MCO, secrétaire de la commission Installation tribunal et maison de l’avocat, Hannelore Schmidt, MCO, ainsi qu’Olivier Lagrave, secrétaire général de l’Ordre et Brice Le Renard, directeur administratif et financier de l’Ordre.

Les échanges se sont déroulés dans une ambiance très chaleureuse et conviviale, a porté sur le nouveau tribunal et la future maison des avocats. Pour l’occasion, le maire du 17e arrondissement, Geoffroy Boulard, était également présent pour évoquer les problématiques liées au nouveau quartier Clichy-Batignolles.

Concernant le nouveau tribunal, les avocats présents ont fait part de leurs difficultés : un mauvais balisage du fait de l’absence du logo de l’Ordre pour les différents services (antenne des mineurs, bureau pénal, etc.), le manque de points d’eau et de restauration rapide alors même que les permanences pénales durent tard, une sécurité dans les ascenseurs laissant à désirer, l’accès très compliqué pour les personnes handicapées, et enfin, actuellement, le manque de place manifeste pour accueillir le vestiaire, les toques et l’ensemble des services ordinaux.

Certains points font partie des discussions avec le président du TGI de Paris, Jean-Michel Hayat, notamment pour obtenir l’accès à une terrasse et une cafétéria. Le maire s’est engagé pour sa part à améliorer les abords du tribunal en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés. Autre point à l’étude : la création d’une halte-garderie.

La future maison des avocats a également suscité de nombreuses interrogations : la répartition des services ou leur dédoublement, éventuellement sous forme dématérialisée (e-déontologie, e-exercice professionnel, par exemple) entre la nouvelle maison des avocats et le palais de justice de la Cité, la création d’espaces de co-working, d’un business center et d’une bibliothech pour offrir de meilleures conditions de travail aux avocats ou encore la possibilité d’y réserver des salles de réunion. Nombre de ces questions sont encore en suspens et devraient être tranchées au cours des prochaines réunions du conseil de l’Ordre, comme l’a précisé le bâtonnier au cours de la réunion.

Enfin, certains avocats ont émis le souhait d’être plus associés aux projets de réforme à venir (par exemple, la réforme des mineurs), pour être force de propositions auprès du gouvernement. Un vœu partagé par Marie-Aimée Peyron qui les a invités à travailler avec les commissions ouvertes de l’Ordre, mais aussi à utiliser la plateforme collaborative « A vos idées ».