Editorial

L’Ordre des Avocats de Paris se félicite de l’annonce par le Président de la République, Emmanuel Macron, d’orientations nouvelles en matière de politique carcérale et d’une évolution politique positive sur ce sujet

Mis à jour le 09.03.2018

Il note avec satisfaction plusieurs annonces concrètes comme l’exécution hors des établissements pénitentiaires des peines de un à six mois sous la forme d’un contrôle électronique, la fin des peines de prison de moins d’un mois ou encore la forfaitisation de plusieurs délits comme l'usage de stupéfiants ou pour les délits routiers.

Ces propositions rejoignent celles que le Barreau de Paris porte depuis des années pour résoudre la question de la surpopulation carcérale, pour améliorer les conditions d’emprisonnement des détenus  ainsi que celles relatives au travail du personnel pénitentiaire et enfin rendre les peines plus efficaces dans leur exécution.

L’Ordre des Avocats de Paris rappelle qu’il est favorable à l’instauration de peines alternatives telles que le contrôle judiciaire, le placement sous surveillance électronique ou encore le régime de  semi-liberté.

Il appelle également de ses vœux une expérimentation du dispositif des prisons ouvertes, tel qu’il existe dans les pays scandinaves et dont l’efficacité a pu être évaluée par  le think-tank « Génération Libre » dans un rapport cosigné par Gaspard Koenig son président et Camille Potier, la secrétaire du conseil de l’Ordre des Avocats. (ACCEDER AU RAPPORT)

Il soutient également l’initiative prise par la Présidente de la commission des lois de l’Assemblée Nationale, Madame Yaël Braun Pivet de créer un groupe de travail sur ce sujet.

Enfin, l’Ordre des Avocats de Paris souhaite que la réflexion autour des travaux d’intérêt général initiée par le gouvernement aboutisse. La mission d’information conduite par le député Didier Paris et Monsieur David Layani président de la société OnePoint, a d’ailleurs auditionné les avocats parisiens.

Pour Basile Ader, vice-bâtonnier de Paris « Il faut briser les tabous. Avoir le courage politique d’affirmer qu’aujourd’hui, la prison n’est pas la seule solution et réunir pour ce faire autour de la table les magistrats, les surveillants pénitentiaires et les avocats.»

Votre contact presse :

Sébastien Rouichi-Gallot - sgallot@avocatparis.org - 01 44 32 49 70