Editorial

Le barreau de Paris annonce la création d’une commission des affaires européennes 

Chronique

Mis à jour le 02.06.2016

Le Bâtonnier de Paris a choisi le 9 mai 2016, journée de l’Europe, pour annoncer la création d’une commission des affaires européennes au sein de l’Ordre des avocats de Paris.

 

 

Le Bâtonnier de Paris a choisi le 9 mai 2016, journée de l’Europe, pour annoncer la création d’une commission des affaires européennes au sein de l’Ordre des avocats de Paris.
« Presque tous les sujets qui concernent les avocats et les justiciables ont une dimension européenne», a déclaré Frédéric Sicard, Bâtonnier de Paris. «Il était indispensable que notre Ordre se dote d’une commission dédiée. En ces temps où la construction européenne est en danger, j’ai aussi voulu réaffirmer l’engagement effectif de l’Ordre au service de cet idéal.» 

Cette   commission   a   vocation   à   rassembler   les   avocats   parisiens   spécialistes   des   questions européennes afin que l’institution puisse s’emparer de nombreux sujets touchant aux intérêts de la profession et plus largement aux libertés. Placée sous l’égide du Bâtonnier et pilotée par un membre du conseil de l’Ordre, la commission des affaires européennes coopérera étroitement avec celles touchant aux affaires publiques et à l’international.

La commission, qui doit se réunir prochainement pour la première fois, s’est d’ores et déjà dotée de groupes de travail sur les professions réglementées et l’harmonisation européenne du droit des
affaires. Elle doit permettre aux avocats de Paris de dialoguer efficacement avec leurs partenaires européens et d’approfondir les traditionnelles relations bilatérales entretenues avec les barreaux des différents Etats membres de l’Union Européenne.
« Si la voix de Paris doit être forte et entendue en Europe,   pas   question   de   cacophonie,   ajoute   le   Bâtonnier.   Nous   entendons   fonctionner en coopération pleine et entière avec le Conseil national des barreaux, la Conférence des Bâtonniers, la délégation des barreaux de France et bien entendu le Conseil des barreaux européens.»