Editorial

Commémoration du Centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918

Mis à jour le 22.11.2018

À l’occasion du Centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, le barreau de Paris et l’ensemble de la famille judiciaire ont rendu hommage à leurs membres morts pour la France durant la Grande Guerre.

Lundi 12 novembre 2018, l’ensemble de la famille judiciaire s’est réunie devant le monument aux morts du Palais de justice de Paris pour commémorer la victoire et la paix et se souvenir de ses membres disparus en 14-18, « ces hommes, avocats, mais aussi magistrats, avoués, greffiers, huissiers, notaires [qui ont] été au service de la Justice et de notre pays ».

Cette cérémonie s'est déroulée avec la participation de M. Bertrand Louvel, Premier président de la Cour de cassation, M. Philippe Ingall-Montagnier, Premier avocat général exerçant l'intérim du procureur général de la Cour de cassation, M. Jean-François Mollins, Procureur de la République de Paris, Mme Chantal Arens, Premier président de la Cour d'appel de Paris, Mme Catherine Champrenault, Procureur général près la Cour d'appel de Paris, ainsi que de nombreux présidents de chambre de la Cour de cassation et de la cour d'appel de Paris. Plusieurs hautes personnalités du monde judiciaire, juridique et politique, dont M. Bernard Cazeneuve, avocat et ancien Premier ministre, des élus de la République, des représentants des armées, des représentants des professionnels du droit et de nombreuses délégations étrangères étaient présentes, ainsi que la représentante de M. l'ambassadeur d'Allemagne qui a déposé une gerbe devant le monument aux morts.

dsc_0146.jpg

« C’est une tradition pour le barreau de rendre hommage, chaque année, à cette grande famille judiciaire qui partit au front, sans certitude aucune de revenir », a rappelé Marie-Aimée Peyron, bâtonnier de Paris, en ouverture de la cérémonie qui revêtait cette année « un sens exceptionnel dès lors que cent années se sont écoulées depuis la signature de l’Armistice ».

Le Premier président de la Cour de cassation a pour sa part rappelé que le monument aux morts du Palais de justice, « place du village judiciaire national honore, pour ce qui est des magistrats, les noms de 133 morts pour la France ». « Ils ont posé leur code et ils ont pris leur fusil. Ils sont partis défendre leur famille, leurs valeurs, la Patrie », a sobrement remémoré Philippe Ingall-Montagnier.

Sur 1 275 avocats mobilisés, soit près de la moitié des membres de l’Ordre des avocats de Paris de l’époque, 232 ont perdu leur vie durant ce conflit. Des vies aujourd’hui honorées grâce à un important travail de mémoire réalisé par le groupe 14, qui a reconstitué la biographie de chacun de ces hommes sur un site dédié.

Des vies évoquées pour certaines par le vice-bâtonnier de Paris, Basile Ader, dans son discours : Gaston Dumesnil, Henri Chardon, Léon Mayer, Eugène Nolent, mais aussi Jean Bénac, qui officia comme avocat, sur le front, devant le Conseil de guerre. Un évènement retracé le soir même à l’occasion d’une représentation théâtrale initiée par le vice-bâtonnier et jouée à la Maison du barreau.

Enfin, pour marquer le caractère exceptionnel de cette commémoration, une exposition « Les avocats et la Grande Guerre » se tient au Musée du barreau jusqu’au 31 décembre 2018.

Revivez cette cérémonie en vidéo.

dsc_0197.jpg

dsc_0465.jpg

dsc_0085.jpg

dsc_0166.jpg