Article

Aytaç Ünsal à nouveau placé en détention

Mis à jour le 11.01.2021

Aytaç Ünsal, libéré après 213 jours de grève de la faim, est à nouveau placé en détention. Le Barreau de Paris est vivement préoccupé par l’arrestation d’Aytaç Ünsal le 10 décembre 2020.

Aytaç Ünsal avait été arrêté le 12 septembre 2017, accusé aux côtés de 13 autres confrères, puis condamné l’an dernier à plus de 10 ans de prison pour « appartenance à une organisation terroriste ».

Aytaç Ünsal avait entamé une grève de la faim en février 2020 avec sa consœur Ebru Timtik pour réclamer un procès équitable. Un tribunal d’Istanbul avait refusé en juillet de libérer Ebru Timtik et Aytaç Ünsal, en dépit d’un rapport médical indiquant que leur état de santé ne leur permettait plus de rester en prison. Une demande similaire avait aussi été déposée en août auprès de la Cour constitutionnelle, sans succès. Au lieu d’une libération, ils avaient été transférés dans deux hôpitaux différents.

Après 238 jours de grève de la faim, Ebru Timtik est décédée le 27 août 2020 et la Cour de cassation a décidé le 4 septembre la remise en liberté d’Aytaç Ünsal et la suspension de sa condamnation pour des raisons médicales.

Or, le 23 novembre, la police a fait une descente dans la maison où Aytaç Ünsal était soigné. Ces affaires ont été fouillées par une dizaine de personnes au mépris des règles sanitaires les plus évidentes en ce temps de pandémie et vis-à-vis d’une personne au système immunitaire très affaibli. Dans ces conditions, il était impossible pour Aytac Ünsal de poursuivre ses soins et traitements dans cette maison.

Parti dans ce contexte se faire soigner à Edirne, les autorités turques ont décidé de procéder brutalement à son arrestation le 10 décembre 2020 en invoquant sans fondement un risque de fuite.

Le barreau de Paris est particulièrement choqué par les conditions d’arrestation d’Aytaç Ünsal, blessé notamment au visage par l’intervention des forces de l’ordre

Le barreau de Paris rappelle que conformément aux rapports de la médecine légale, l’état de santé d’Aytaç Ünsal ne permet pas de le maintenir en détention.

Le barreau de Paris souligne que la condamnation d’Aytaç Ünsal demeure suspendue par décision de la Cour de cassation et demande en conséquence sa libération immédiate.