Editorial

Avocats poursuivis, emprisonnés et torturés en Turquie : Basile Ader demande leur libération immédiate et l’abandon des poursuites

Mis à jour le 10.01.2018

- Visite officielle en France du président Turc Recep Tayyip Erdoğan le jeudi 4 janvier 2018 - 

Le barreau de Paris constate que la situation des avocats turcs et des magistrats n’a cessé de s’aggraver depuis un an, victimes d’une purge de grande ampleur au mépris de toutes les conventions internationales et des droits les plus élémentaires.

La Turquie ne peut prétendre être un régime respectable au sein des nations sans un état de droit dont les avocats, les magistrats et les journalistes sont les sentinelles.

Le barreau de Paris leur exprime la solidarité des avocats et mobilise tous les moyens nécessaires pour qu’ils retrouvent leur place et leur rôle, avec, parmi les membres du Conseil de l’Ordre deux spécialistes de la question turque : Martin Pradel et Rusen Aytac.
Martin Pradel dont l’indépendance a été scandaleusement mise en cause par les pouvoirs publics turcs et qui peut compter sur le soutien total du barreau de Paris.. 

Torturés pour certains d’entre eux comme Engin Gokoglu, avocat au barreau d’Ankara, détenu à la prison de Tekirdag, battu le 30 octobre 2017 par les gardiens, ils sont aussi poursuivis et emprisonnés arbitrairement.

Basile Ader, vice-bâtonnier de l’Ordre des avocats, demande donc à la France, terre des droits de l’Homme, qu’elle interfère avec fermeté auprès du président turc pour la libération sans condition des 71 avocats condamnés à de longues peines d'emprisonnement et l’abandon des poursuites qui visent au total 1486 avocats. Parmi eux, le barreau de Paris demande la libération de Selcuk Kozagacli, qui a été honoré lors de la rentrée solennelle du barreau en 2016.

Il demande enfin le retrait du récent décret publié sous état d’urgence autorisant les citoyens turcs à se faire justice eux même en cas de suspicion de terrorisme. Elle ne conduira qu’à une spirale de violences dont tous les citoyens turcs seront les victimes potentielles.

Pour Basile Ader, rien ne peut justifier le mépris du président turc pour la liberté d’expression, les droits de la défense et plus généralement les droits humains bafoués quotidiennement.

Basile Ader au nom de tous les avocats exige le retour immédiat à un véritable état de droit en Turquie dont la justice est le pilier central.

INVITÉ RTL - À l'occasion de la visite du président Erdogan à l'Élysée ce vendredi 5 janvier, Basile Ader, vice-bâtonnier du Barreau de Paris, évoque la situation "terrible" à laquelle fait face la justice turque.

fotolia_86240336.jpg

Contact presse / Pour toute demande d’interview de Monsieur le vice-bâtonnier Basile Ader :

Sébastien Rouichi-Gallot - sgallot@avocatparis.org
01 44 32 49 70