Editorial

Assassinat de l’avocat Ko Ni (Myanmar)

Droits de l'Homme

Mis à jour le 02.02.2017

COMMUNIQUE DE L’OBSERVATOIRE INTERNATIONAL DES AVOCATS EN DANGER (OIAD)- Mercredi 1er février 2017

 

 

 

L’Observatoire international des avocats en danger dénonce fermement l’assassinat de Maitre Ko Ni, avocat au Myanmar, et fait part de sa solidarité à sa famille et à l’ensemble des avocats du Myanmar.

Ko Ni a été assassiné d’une balle dans la tête le dimanche 29 janvier 2017, à l’aéroport de Yangon (Myanmar). Un chauffeur de taxi, ayant tenté de poursuivre l’assaillant, a lui aussi été abattu, avant que la police n’arrête le suspect.

Activiste politique depuis l’université, Ko Ni avait connu la prison pour son engagement politique avant de devenir un avocat réputé dans le pays. Spécialiste en droit constitutionnel, il met son expertise et son engagement au service du parti politique de San Suu Kyi, la « National League for Democracy » (NLD) et travaille notamment sur les réformes de la Constitution militaire du Myanmar.

Avocat de confession musulmane dans un pays à majorité bouddhiste au sein duquel se développe un fort sentiment antimusulman, particulièrement visible sur la question des Rohingyas – minorité musulmane vivant dans l’Etat d’Arakan et considérés comme des migrants bangladais indésirables par de nombreux birmans – Ko Ni participe également à la création de la « Myanmar Muslim Lawyers' Association ».

Les motivations de son assassinat ne sont pas encore connues, mais les nombreuses menaces reçues tout au long de sa carrière d’avocat laissent penser que son engagement contre l’influence du pouvoir militaire au Myanmar et son activisme en faveur de la tolérance religieuse, avaient fait de lui une cible politique.

L’OIAD appelle les autorités du Myanmar à faire toute la lumière sur cet assassinat et à prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des avocats afin que ceux-ci puissent exercer librement leurs fonctions et défendre les droits de tous, sans craindre de menaces ou de représailles, conformément aux Principes de base relatifs au rôle du barreau adoptés par les Nations Unies en 1990.

L’OIAD demeurera particulièrement vigilant aux suites qui seront données à cette affaire par les autorités du Myanmar et appelle les avocats à demeurer mobilisés. En particulier, le Conseil national des barreaux, membre fondateur de l’OIAD, se rendra au Myanmar en mars 2017 pour y rencontrer les institutions représentatives de la profession. Ce déplacement sera l’occasion de faire un état des lieux de la situation des avocats dans le pays.

 

Qui sommes-nous ?

L’Observatoire international des avocats en danger a été fondé par le Conseil national des barreaux (France), le Barreau de Paris (France), le Consejo General de la Abogacía Espanola (Espagne), et le Consiglio Nazionale Forense (Italie). Son objectif est de mener une veille permanente de la situation des avocats menacés dans le monde en raison de l’exercice légitime de leur profession et de porter assistance aux avocats dont la vie, la liberté ou l’exercice professionnel sont menacés.

Sont membres actifs de l’OIAD les barreaux suivants :

Madrid

Rome

Lyon

Caen

Rouen

La Rochelle

Montpellier

Metz

Hauts-de-Seine

Tours

Thonon-les-bains

Brest

Oristano

Turin

Genève

Talavera de la Reina (Tolède)

Lleida

Bilbao

Caceres

 

 

Sources :

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/birmanie-choc-apres-le-meurtre-d-un-conseiller-d-aung-san-suu-kyi-30-01-2017-6638229.php

http://www.bbc.com/news/world-asia-38788669

http://www.aljazeera.com/news/2017/01/ko-ni-muslim-lawyer-shot-dead-yangon-airport-170130052559834.html