Article

Arrestation de plus d’une trentaine d’avocats en Turquie, notamment membres du barreau de Diyarbakir, de Sirnak, et d’Adiyaman

Mis à jour le 20.11.2020

Le Barreau de Paris est vivement préoccupé par les arrestations et perquisitions opérées ce matin notamment à Diyarbakir à l’encontre de nombreux avocats et représentants d'organisations de la société civile dans le cadre d’une enquête diligentée par le procureur général de Diyarbakır sur le congrès pour une société démocratique (DTK).

Des ordinateurs, des livres et de nombreux documents numériques ont été saisis lors de ces perquisitions en violation des garanties procédurales. Bünyamin Şeker, co-président de l'Association des avocats pour la liberté (ÖHD) a été placé en garde à vue, tout comme nos confrères Abdulkadir Güleç, Ahmet Kalpak, Aydin Kesmez,Cemile Turhalli Balsak, Devrim Barış Baran, Diyar Çetedir, Edip Yigit, Elif Tirenç Ipek Ulas, Ferda Miran, Feride Laçin, Gamze Yalçin, Gevriye Atlı, İmran Gökdere, Kamuran Kurtar, Mahsum Bati, Muhammed Serdar Özer, Neşet Girasun, Pirozhan Karali, Resul Tamur, Seda Tanrikulu Kaya, Sedat Aydın, Serdar Özer, Serdar Talay, Serhat Karasin, Sinem Ciçek Carus, Sivan Cemil Özen, Velat Alan, Serhat Aktan ainsi que Haknas Sadak (barreau de Sirnak) et Bulent Temel (barreau d’Adiyaman)

En outre, près d’une centaine de personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de cette opération aujourd’hui, notamment des journalistes, des médecins, des membres d’ONG et des militants politiques,

Ces arrestations interviennent au lendemain de l’audience du barreau de Diyarbakir, prix Ludovic Trarieux 2019, accusé avec 10 anciens membres du conseil de l’ordre de « dénigrement de la nation turque » pour avoir commémoré en 2017 le génocide des Arméniens.

Le Barreau de Paris appelle à la libération immédiate de ses confrères et au respect du secret professionnel et de la liberté d’expression des avocats.

Le Barreau de Paris exhorte le gouvernement turc à mettre fin à la persécution des avocats, qui jouent un rôle fondamental dans la protection des droits humains et des libertés fondamentales et rappelle que l’indépendance de la profession d’avocat est une composante essentielle de l’état de droit dans une société libre.