Article

Arrestation de nos confrères en Biélorussie

Mis à jour le 11.09.2020

Le barreau de Paris est particulièrement préoccupé par l’arrestation de nos confrères en Biélorussie, notamment des avocats Illia Salei et Maksim Znak, arrêtés le 9 septembre 2020. Le barreau de Paris demande leur libération immédiate et inconditionnelle.

1599642247_landscape_1280.jpeg

Illia Salei est l'avocat de Maria Kolesnikova, figure de l’opposition et du mouvement de protestation contre la réélection contestée de Alexandre Loukachenko le 9 août dernier, accusée par les autorités biélorusses « d'atteinte à la sûreté de l'État ». Illia Salei a été arrêté sans aucune justification légale, son domicile a été perquisitionné et est aujourd’hui placé à l’isolement.

Maksim Znak est le conseil de Viktor Babariko, candidat empêché de se présenter à la présidence de la République de Biélorussie, arrêté le 18 juin en même temps que plusieurs centaines de partisans de l’opposition. Maksim Znak est également l'avocat de l'ancienne candidate à la présidence, Svetlana Tikhanovskaya, au nom de laquelle il a créé le Conseil de coordination, organisation considérée par les autorités comme « visant à porter atteinte à la sécurité nationale de la République du Biélorusse ».

Le barreau de Paris, à la suite d’une mission conjointe en Biélorusse avec l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme (FIDH et de l'OMCT) et le Centre des droits humains « Viasna », avait publié en 2018 un rapport et dénoncé la mainmise du pouvoir exécutif sur les barreaux portant atteinte à l’indépendance des avocats, demandé de garantir le libre exercice des avocats défendant des dossiers considérés comme « sensibles » par les autorités, et signalé l’atteinte aux droits de la défense et au droit à un procès équitable.

Le barreau de Paris appelle à nouveau les autorités biélorusses à garantir en toutes circonstances la protection des avocats dans le pays, notamment ceux spécialisés dans la défense des libertés fondamentales, et à assurer plus généralement la protection de tous les défenseurs des droits humains en Biélorussie.

Les pouvoirs publics biélorusses doivent veiller à ce que les avocats puissent s'acquitter de toutes leurs fonctions professionnelles sans entrave, intimidation, harcèlement, ni ingérence indue

« Les avocats, comme tous les autres citoyens doivent jouir de la liberté d'expression, de croyance, d'association et de réunion. En particulier, ils ont le droit de prendre part à des discussions publiques portant sur le droit, l'administration de la justice et la promotion et la protection des droits de l'homme et d'adhérer à des organisations locales, nationales ou internationales, ou d'en constituer, et d'assister à leurs réunions sans subir de restrictions professionnelles du fait de leurs actes légitimes ou de leur adhésion à une organisation légitime » Principes de base relatifs au rôle du barreau

Le barreau de Paris demande la libération immédiate et inconditionnelle de nos confrères.