Editorial

Aide juridictionnelle: que fait le barreau de Paris ?

Nos dernières actions

Mis à jour le 20.10.2015

Le projet de réforme de l'aide juridictionnelle mobilise les forces vives de notre barreau et les services de l'Ordre depuis de nombreuses semaines.

Cette réforme qui ne règle rien des difficultés de l'accès au droit pour nos concitoyens tout en affaiblissant les avocats trouve face à elle un barreau mobilisé et efficace.

Notre direction des affaires publiques, emmenée par les deux délégués du bâtonnier, Xavier Autain, MCO, et Louis Degos, AMCO, ainsi que par son directeur, Nicolas Corato, a multiplié les rencontres et auditions au parlement (28 en un mois) pour convaincre députés et sénateurs de l'inefficience des dispositions contenues dans le projet de loi de finances pour 2016. Elle a fait déposer plusieurs amendements de suppression ou de correction qui pourraient permettre de revenir sur les dispositions les plus contraignantes du texte.

Ce travail de conviction, discret et sans relâche, est complété par la construction d'un rapport de forces afin de peser sur nos élus pour faire annuler ce texte scélérat. Nous avons ainsi sensibilisé très en amont le CNB au risque qu'il y avait à poursuivre des négociations stériles qui n'ont d'autre objectif que de faire gagner du temps au gouvernement et avons suggéré et obtenu que la profession, au niveau national, se mobilise.

Nous avons, par ailleurs, sollicité les candidats aux élections régionales pour les alerter sur l'émotion de la profession.

Enfin, parce que le combat politique se mène aujourd'hui dans l'arène médiatique, nous multiplions les interventions télévisuelles et radiophoniques afin de faire connaître au plus grand nombre nos positions et expliquer en quoi les avocats, par le biais de l’aide juridictionnelle, contribuent quotidiennement au service public d'accès au droit et à la justice pour tous.

Nous savons que vous prenez toute votre part à cette mobilisation. Elle doit se poursuivre tant que les pouvoirs publics n'auront pas reculé sur le principe d'une contribution financière de notre profession au financement de l'aide juridictionnelle.