Article

9e édition de la journée internationale de l’avocat en danger

Mis à jour le 23.01.2019

Grave répression des avocats en Turquie : une centaine d’avocats condamnés en 2018

wa_bdp_avocat_en_danger_a4.jpg

La 9ème édition de la journée internationale de l’avocat en danger se tiendra le 24 janvier 2019. Elle est consacrée cette année aux avocats en Turquie. 
En soutien à ces avocats, un rassemblement aura lieu en robe le jeudi 24 janvier de 13h à 14h - Place de la Bolivie -  à proximité de l’ambassade de Turquie afin d’appeler les autorités turques à cesser cette vaste opération de répression et de criminalisation des avocats et de toutes les voix critiques et d’encourager les autorités européennes à réagir de manière énergique à ces attaques à l’encontre de l’Etat de droit et des principes démocratiques.

L’Association des avocats européens démocrates à l’origine de la création de cette journée, le Barreau de Paris, le Conseil national des barreaux, Défense sans frontière-Avocats Solidaires,  l’Institut des droits de l’Homme des avocats européens et l’Observatoire international des avocats en danger se mobilisent chaque jour pour soutenir leurs confrères en Turquie. Des missions d’observations judiciaires sont organisées ainsi que l’accompagnement de nos confrères contraints de s’exiler. 

Turquie : une situation difficile depuis plusieurs années

En novembre 2011, 46 avocats ont été détenus pour certains pendant 2 ans et demi, accusés d’avoir assuré la défense d’Abdullah Öcalan.  En janvier 2013, 22 avocats qui assuraient leur défense dans cette affaire, membres de l’association des avocats progressistes (CHD), ont été arrêtés à leur tour. En novembre 2015, le Bâtonnier de Diyarbakir, Tahir Elçi, a été assassiné en pleine rue.

En 2012, la 2ème édition mettait déjà la lumière sur ce même pays, certainement l’un des pays au monde où les avocats sont les plus menacés. Depuis le coup d’Etat de juillet 2016 en Turquie, la situation déjà difficile des avocats, s’est considérablement aggravée comme pour les journalistes, défenseurs des droits de l’homme, magistrats et activistes politiques.

Les décrets qui ont été adoptés lors de l’Etat d’urgence ont permis de fermer certaines organisations d’avocats 
Selon le rapport du bureau du Haut-Commissariat pour les droits de l’homme des Nations Unies, fin 2017 environ 570 avocats avaient été arrêtés, 1470 faisaient face à des poursuites et 79 avaient été condamnés à de longues peines de prison. Dans la plupart des cas, les avocats sont accusés de lien avec l’organisation de Gülen.
Au moins 14 présidents de Barreaux ont été arrêtés et détenus. En 2018, plus de 100 avocats ont été condamnés.